Journées d’étude : Enjeux socio-écologiques des mutations du capitalisme contemporain : quels apports de l’économie des conventions?

Alliant développements théoriques autour de l’élargissement des capacités cognitives et éthiques des acteurs économiques d’une part et méso-analyses des marchés et des organisations économiques des sociétés capitalistes d’autre part , le programme de recherche de l’économie des conventions a essaimé dans les autres courants hétérodoxes, au risque de perdre en visibilité. Pour autant, depuis quelques années, on sent poindre en différents lieux toute une série de travaux réaffirmant un renouveau de l’économie des conventions en tant qu’elle entend contribuer explicitement à l’analyse des mutations actuelles du capitalisme.
 
Le but de ces journées est double :
 
(1) Faire le point sur ce renouveau (avec un éclairage particulier sur le plan théorique et méthodologique), c’est-à-dire faire le point sur les nouveaux chantiers de l’école des conventions, notamment : la « grande déformation » de l’entreprise dans le capitalisme dominé par la finance, les nouvelles logiques de marchandisation du social et de la santé, la critique écologique du capitalisme, la critique des logiques managériales des États néolibéraux.
 
(2) Examiner pour chacun de ces chantiers les liens qu’entretient l’analyse conventionnalistes avec les autres types d’analyses hétérodoxes, explorant ainsi les nouvelles alliances pouvant renforcer la constitution d’une vaste économie politique institutionnaliste française.
 
Les journées d’études sont organisées par Guillemette de Larquier (Clersé, Université de Lille), Nicolas Postel (Clersé, Université de Lille), Richard Sobel (Clersé, Université de Lille), Philippe Batifoulier (CEPN, Paris 13), Nicolas Da Silva (CEPN, Paris 13) et Ariane Ghirardello (CEPN, Paris 13)
 
Inscription gratuite mais obligatoire. Plus d’informations sur le site
Contact : sophie.goyat@univ-lille1.fr