Communiqué : De nouveaux projets de programmes de SES quasi inchangés : le simulacre de la « consultation »

L’AFEP soutient le constat de l’APSES sur les nouveaux projets de programmes de SES.

Voici le communiqué à retrouver sur le site de l’APSES :

De nouveaux projets de programmes de sciences économiques et sociales viennent d’être communiqués aux organisations syndicales suite à la « consultation » organisée par la direction générale de l’enseignement scolaire en novembre. Alors même que les premiers projets ont été massivement critiqués, le Ministère les maintient quasi à l’identique.

En classe de première, la seule modification concerne l’ajout de l’étude « des critères de construction des Professions et Catégories Socioprofessionnelles (PCS) ». Il s’agit certes d’une avancée, réclamée depuis l’origine par l’APSES, mais celle-ci est loin de répondre aux défauts majeurs de conception de ces projets de programmes.


Comment le Ministère peut-il à ce point ignorer les demandes des 6.000 signataires de la pétition de l’APSES, dont plus de 500 universitaires en sciences sociales parmi lesquels Thomas Piketty, Florence Jany-Catrice, Stéphane Beaud, Eve Chiappello, Yves Deloye ou encore Pierre-Cyrille Hautcoeur, auteur en 2014 d’un rapport ministériel sur l’avenir de l’enseignement de l’économie à l’Université ?

Comment accepter que de futurs programmes de sciences économiques et sociales laissent si peu de place au pluralisme et à la pluridisciplinarité, soient si volumineux et excessivement techniques, accordent une place si conséquente à la microéconomie au détriment de la macroéconomie, et laissent pour l’essentiel de côté en seconde comme en première des thèmes aussi importants pour la compréhension des grands enjeux économiques et sociaux contemporains que le chômage, le pouvoir d’achat ou les inégalités ?
Face à ce qui se révèle être, après une réforme du lycée qui tente d’être appliquée malgré le rejet de la communauté éducative, un nouveau déni de dialogue social, l’APSES demande que le Ministère publie dès aujourd’hui les résultats complets de la consultation qu’il a menée en novembre. Sans quoi, elle n’aura été qu’un simulacre. L’APSES appelle également le Ministère à revoir profondément ses projets lors de leur examen prochain par le Conseil supérieur de l’éducation. Aucun programme scolaire ne saurait de toute façon être imposé à des enseignants qui n’en partageraient pas les principes fondateurs.

RSS
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us